Mahamane Ousmane
premier président élu

Mahamane Ousmane, 45 ans, dirigeait le pays depuis avril 1993 avant d'être destitué par le colonel Maïnassara en janiver 1996.
Premier chef de l'Etat démocratiquement élu (55,42 % des voix), ce social-démocrate avait mis fin à près de vingt ans d'un régime d'exception (1974-1993).
Né en 1950 à Zinder (750 km à l'est de Niamey), dans une famille musulmane d'agriculteurs kanouris, M. Ousmane est le premier président nigérien à ne pas appartenir à l'ethnie djerma, majoritaire dans le sud-ouest du pays.
Partisan d'une "économie mixte" et de "privatisations en douceur", M. Ousmane, qui a étudié en France et au Canada, est diplômé en économie monétaire et financière, ingénieur en statistiques économiques.

Rentré au pays en 1980, il a dirigé à partir de 1986 le Bureau d'organisation et de méthodes, organisme consultatif chargé d'élaborer des plans de développement, jusqu'à son élection à la présidence le 27 mars 1993. Deux ans plus tôt, en janvier 1991, il avait créé son parti, la Convention démocratique et sociale (CDS, sociale-démocrate), après la décision, fin 1990, du général Ali Saïbou, précédent président du Niger, d'instaurer le multipartisme. Il s'était ensuite révélé par son activité au sein du Comité de coordination et de liaison qui regroupait les formations politiques, syndicats et associations déterminées à en finir avec le régime mis en place depuis 1974.

A peine élu, Mahamane Ousmane s'est trouvé confronté à la fois à une grave crise sociale et économique, une résurgence de l'intégrisme musulman et la rébellion touarègue (avec laquelle il parviendra à un accord de paix le 24 avril 1995). Mis en minorité à l'Assemblée dès septembre 1994, à la suite d'un renversement d'alliances, battu aux législatives anticipées de janvier 1995, il a dû se résoudre en février 1995 à installer à la tête du gouvernement Hama Amadou, un des chef de file de la nouvelle majorité parlementaire, conduite par leMNSD-Nassara, parti dirigé par Tanja Mamadou.
Le 25 janvier 1996, après le refus du chef de l'Etat de promulguer la loi de finances, un nouveau gouvernement avait été formé, largement dominé par des opposants à M. Ousmane.

Le 27 janvier 1996, le président Mahamane Ousmane fut destitué par un coup mené par le colonel Baré.

Retour au sommaire Niger