N° 253
du 30/07/2002

Niger


L’ANDP de Djermakoye rallie la mouvance présidentielle

L’Alliance nigérienne pour la démocratie et le progrès (ANDP) a annoncé le 6 juillet son ralliement à la mouvance présidentielle. L’ANDP dirigée par Moumouni Adamou Djermakoye, ancien président de l’Assemblée nationale, s’est définitivement retirée de la Coordination des forces démocratiques (CFD), une coalition de 12 partis d’opposition, au sein de laquelle elle avait suspendu ses activités le 31 mai dernier.
L’ANDP, qui n’a que quatre députés à l’Assemblée nationale, rejoint ainsi l’Alliance des forces démocratiques (AFD, mouvance présidentielle) qui disposait déjà de 55 députés sur les 83 que compte l’Assemblée. L’opposition ne dispose donc plus que de vingt-quatre sièges.
Pour justifier sa rupture avec la CFD, l’ANDP a invoqué “l’anachronisme” au sein de la coalition, ce qui constitue “un danger et une dérive” pour “les valeurs d’unité nationale et consensus qui fondent le parti”.
Les leaders de la CFD ont rejeté ces arguments, se disent “étonnés” par la décision de l’ANDP.
La quasi-totalité des militants de l’ANDP sont des transfuges du Mouvement national pour la société de développement (MNSD), ex-parti unique aujourd’hui principal parti au pouvoir.
L’ANDP avait été créée après la défaite de M. Djermakoye à la présidence du MNSD face à l’actuel chef de l’Etat Mamadou Tandja, à la faveur de l’instauration du multipartisme en 1990 au Niger.


Sommaire NIGER

Sommaire Home Page